Pour ses trente ans, Le Village du Bournat dévoile des surprises et met le cap sur la rencontre avec les pionniers de l’aviation.

Créé au Bugue en 1992 par Paul-Jean Souriau, Le Bournat est tout sauf un musée où seraient embaumés les gestes et les coutumes d’un temps révolu. Conservatoire vivant, il continue de proposer une immersion unique dans le monde rural de la Belle Époque, tout en ne cessant de se renouveler.

Les facettes du parcours qui ont bâti son succès sont toujours bien visibles en 2022. Les animateurs et les artisans du parc vous attendent avec d’autant plus d’impatience que les deux dernières années ont été tourmentées par la pandémie de Covid. La bergerie du village, la bourrellerie, la brasserie, la coutellerie, la savonnerie, la forge, le fournil, le moulin à huile de noix, la verrerie, se sont déjà remis en mouvement, comme l’école délicieusement désuète, pour un été serein aux couleurs des us et coutumes de 1900. La magie du temps suspendu proposée par le Village opère toujours, au rythme des vieilles machines agricoles et des animaux de la ferme.

La renaissance du Blériot 11

Si les attraits habituels sont toujours fidèles au poste, les trouvailles de 2022 sont d’autant plus nombreuses que le Bournat fête ses trente ans. En point d’orgue, un vaste hangar a été construit, qui abritera, au terme d’un projet évolutif, la réplique grandeur nature de l’avion de Blériot, premier pilote à traverser la Manche, en 1909 ! Ce pari fou est né de la volonté de Paul-Jean Souriau de bifurquer hors du chemin des traditions locales, pour proposer des hommages aux inventions majeures apparues au tournant du XIXe siècle. Le premier volet de cette aventure n’est donc pas le moindre ! Un jeune ébéniste d’art de la région, Émilien Rochette, est en charge de la mener à bien, sans connaître le terme précis de la restitution finale. Fuselage de sept mètres, envergure des ailes de huit mètres, l’ouvrage est colossal. Le hangar-atelier se mue également en véritable espace d’exposition autour des pionniers de l’aviation. Émilien, tout en concevant son grand-œuvre, est à la disposition du public pour en expliquer les rouages.

Les facettes du parcours qui ont bâti son succès sont toujours bien visibles en 2022.

Guincher au bal des pompiers

La célébration des trente ans ne se limite pas aux secrets de l’aviation. « 30 ans – 30 événements », le slogan est limpide ! Et souvent sous le signe de la fête, invitée estivale indispensable au succès du Bournat. Bals populaires, danse folklorique, guinguette, fanfare, kermesse, jeux anciens, guirlandes et fleurs dans la tradition de la Félibrée, rien ne manquera au rendez-vous pour se dépayser dans la liesse collective. Ciné-concerts, nocturnes les jeudis, un clin d’œil sera aussi fait au fameux bal des pompiers, dont la première édition eut lieu le 15 août 1806, pour l’anniversaire de Napoléon. Dans cette alléchante trentième programmation, Périgord oblige, la gastronomie n’est jamais délaissée au Bournat, et un bœuf à la broche devrait satisfaire les appétits les plus ambitieux !


Informations pratiques


Publireportage par Hervé Brunaux
Photos © DR