Une musicienne de Bergerac à l’âme généreuse ouvre les portes de sa maison aux jeunes pianistes du département. Elle leur offre l’opportunité rare de jouer sur son piano à queue du début du XXe siècle. Une façon de faire vivre et connaître cet instrument exceptionnel, incarnation du savoir-faire de la maison Pleyel au faîte de son art.

L’occasion ne se présente pas tous les jours de faire courir ses doigts sur un piano de 1903. Claire Dejean, elle, a ce privilège, et elle a décidé de le partager en invitant les jeunes talents à venir jouer directement dans son salon  ! La Bergeracoise a hérité de son père un magnifique piano demi-queue au cadre métallique croisé signé de la maison Pleyel. Cette manufacture de pianos créée en 1807 est l’une des plus anciennes au monde, et peut-être la plus prestigieuse. De nombreux compositeurs célèbres ont forgé sa légende, de Frédéric Chopin à Claude Debussy, en passant par Maurice Ravel ou Richard Strauss. C’est peu dire que Claire, qui a fait ses gammes dessus, y est très attachée : « C’est un piano qui a une âme, il n’est pas standard ».

Songeant qu’il serait dommage de garder la jouissance de cet instrument rare pour elle seule, elle a eu l’idée d’en faire profiter, gratuitement, les jeunes pianistes déjà dotés d’un bon niveau. Elle rêve même de transformer sa maison en une scène ouverte ou d’accueillir des artistes en résidence. Les mélomanes se délecteront de sa mécanique fluide et régulière, de ses harmonies riches et colorées. La rondeur du son, la palette des timbres et le caractère des graves évoquent les grands noms de la musique romantique. « Les jeunes ne sont pas habitués à ces sons. Ce piano a du répondant, il vit. C’est un bonheur », assure Claire, qui promet « un pur moment de poésie ».

Restauré dans la grande tradition française

Ce piano si précieux, elle a pourtant failli le perdre. Expatriée, elle n’avait pas la possibilité de le garder, mais ne pouvait se résoudre à le vendre. Elle a alors lancé un appel sur internet pour lui trouver un foyer temporaire. L’instrument a été hébergé pendant huit ans, à Bordeaux puis à Périgueux, jusqu’au jour très émouvant où elle a enfin pu le récupérer. Claire a également pu compter sur la générosité d’inconnus pour le faire restaurer dans la grande tradition française, grâce à un financement participatif. Elle estime donc que le mettre à disposition est une façon de dire merci. Et espère que les jeunes musiciens seront nombreux à saisir leur chance de jouer sur ce piano extraordinaire.


Informations pratiques

Pour bénéficier de l’opération « Un piano pour jeunes talents », contactez Claire Dejean au 06 83 95 01 83 ou par mail à clairedejean24@yahoo.fr.


Maéva Louis
Photographies
© Anne-Sophie Nival | Studio Hans Lucas